Test

vendredi 29 mai 2015

La sauge sclarée

Salvia sclarea

Autres noms communs : sclarie, orvale, baume, ornin, herbe aux plaies.
On la trouve un peu partout, même dans les sols les plus inhospitaliers, le long des chemins de campagne et de montagne, près des habitations et parfois dans les décombres, ou entre les ceps de vigne, et tout particulièrement dans le bassin méditerranéen.
C'est une plante bisannuelle dont les tiges ramifiées, robustes et velues, mesurent 40 à 85cm. On la cultive souvent dans les jardins dans un but ornemental, car elle présente de belles fleurs dont les couleurs vont du blanc au violet et elle dégage une forte odeur musquée. Elle est aussi très employée pour aromatiser les vermouths et les liqueurs, ainsi que pour donner un parfum de muscat à certains vins.

En phytothérapie, on utilise ses fleurs et ses feuilles, que l’on récolte peu avant leur plein épanouissement. On fait sécher les feuilles à l’ombre ; il faut prendre plus de précautions avec ses fleurs, qui devront être conservées dans un endroit sec, sombre, dans un récipient hermétique.
La sauge sclarée possède les mêmes vertus que la sauge officinale, mais à un degré moins prononcé. C’est surtout un bon tonique et stimulant stomachique, ainsi qu’un antisudoral, antispasmodique, et cicatrisant et bactéricide en usage externe. Elle est également aphrodisiaque et stimulante de l'ovulation par son action sur les œstrogènes, et a des effets apaisants sur les douleurs menstruelles. Elle serait également neuroprotectrice et serait donc utile dans la prévention de maladies telles qu'Alzheimer ou Parkinson.
Son huile essentielle est également antidépressive, antidiabétique et relaxante. Contrairement à l'huile essentielle de sauge officinale, celle-ci ne contient pas de thuyone : elle n'a donc pas la neurotoxicité de sa cousine.
0

Publier un commentaire