Test

vendredi 11 septembre 2015

Des chats et des plantes



C’est suite à une question de MermaidShark que m’est venue l’idée de faire de petits articles sur les plantes bonnes ou mauvaises pour nos gentils compagnons. Aujourd’hui nous parlerons des chats, mais je compte aussi m’occuper des chiens et des chevaux, voire d’autres animaux, si on me le demande !

Toutes les personnes qui ont un chat l’ont déjà vu grignoter des plantes, que ce soit en appartement ou dans le jardin. Mais pourquoi donc, puisqu’ils sont carnivores ? Certes, mais il n’empêche qu’ils ont tout de même besoin de manger des végétaux pour leur apport en fibres, mais aussi et surtout pour les aider à se purger et débarrasser leurs estomac et leurs intestins des quantités de poils qu’ils ingurgitent quotidiennement en faisant leur sacro-sainte toilette.

Cependant, tout comme pour nous, certaines plantes sont bonnes pour eux, et d’autres pas du tout. Généralement, un chat ira de préférence vers une plante qui lui est bénéfique, mais un accident est vite arrivé, surtout s’il n’a pas grand choix, ce qui sera le cas surtout pour les chats vivant en appartement. En effet, la plupart des plantes d’ornement intérieur sont toxiques. Cela dit, les intoxications restent heureusement rares, car la plupart des plantes toxiques ont un goût amer, piquant, irritant et/ou tout simplement rebutant, et ils en ingéreront qu’une très petite quantité qui sera vite régurgitée. Le plus gros risque est pour les jeunes chats, plus petits, plus sensibles et souvent moins attentifs aux réactions de leur corps. Pour les chats passant beaucoup de temps à l’extérieur et ayant de l’espace, les risques sont bien moins élevés : ils ont plus de choix, peuvent suivre leur instinct et vite apprendre à connaître ce qui est bon et ce qui est mauvais.


Au jardin

Commençons donc par le plus simple : les chats au jardin. Comme je le disais plus haut, un chat qui a de l’espace aura peu de risques d’intoxication. D’ailleurs, la principale cause de mortalité et de problèmes de santé chez les chats du grand air ne vient pas des plantes, mais des produits phytosanitaires dont on les recouvre parfois : pesticides, désherbants et toutes ces cochonneries sont néfastes à l’environnement mais aussi à ses habitants. Mieux vaut donc les éviter et laisser faire la nature, ou au pire, y mettre un peu d’huile de coude… 

Voici une liste non exhaustive de plantes toxiques qu’on peut trouver au jardin : aconit, aloès, arum, azalée, belladone, buis, cactus, cannabis, cerisier d’amour, champignons, chèvrefeuille, chrysanthème, clivia, crinum, crocus, cyclamen, cytise, daphné, digitale, diplodenia, euphorbe, fougère, glycine, gui, gypsophile, hellébore, hippeastrum, houx, if, iris, jacinthe, jasmin, jonquille, laurier rose, lierre, liseron, lys (pollen), muguet, narcisse, ortie (irritant local), perce-neige, physalis, primevère, rhododendron, rhubarbe, sansevieria, sceau de Salomon, souci, sureau (baies), tomates, tulipe, vigne vierge, mais aussi noyaux de fruits, pépins de pommes… 

Si vous avez l’une ou plusieurs de ces plantes dans votre jardin, pas de panique : inutile de tout arracher, du moment que vous avez également des plantes bénéfiques au chat, vers lesquelles il ira de préférence : les graminées (blé, avoine, orge, deschampsia, briza media, pennisetum…), les plantes aromatiques (valériane, thym, sauge, mélisse…), la bruyère, le papyrus… On appelle toutes ces herbes « herbes aux chats » pour désigner ces plantes qui les attirent. A ne pas confondre avec l’herbe-à-chat, qui désigne un mélange de graminées préparé et vendu précisément dans ce but et qui se compose de graminées telles que l’orge ou le blé qui aident à purger et fournissent fibre, vitamines et acide folique.
Souvent, on appelle également herbe-à-chat une plante aromatique répondant au nom de cataire, au parfum mentholé qui agit comme une drogue sur le chat : il le renifle, la lèche, la mordille, se roule dedans, et peut y passer des heures… Issue du genre Nepeta, la cataire sécrète une substance de la famille des terpènes, la népétalactone, qui agit sur le système nerveux de la plupart des chats (30% y seraient génétiquement insensibles) en déclenchant la production de phéromones. Pas d’inquiétude cependant, cette plante n’est pas addictive et aucunement toxique, et ses effets durent une dizaine de minutes. Ton chat ne restera donc pas des heures à planer…
 

Quand on n’a qu’une toute petite parcelle et/ou que le chat n’a pas la possibilité d’étendre son terrain de jeu aux alentours (jardin clos en pleine ville, etc), il n’est pas toujours évident d’avoir une grande diversité, et le chat finira parfois par se tourner tout de même vers des plantes toxiques ou à massacrer la belle végétation que vous avez passé des heures à faire pousser et entretenir. Dans ce cas, il suffira de lui préparer un petit coin dédié, en lui installant un coussin dans un endroit exposé, des griffoirs, des poteaux de bois, quelques points d’observation en hauteur, mais aussi un carré d’herbe rien que pour lui avec graminées et aromatiques et, si possible, des coins un peu plus sauvages, avec buissons et herbes hautes qui sont également des refuges pour les souris, mulots et papillons.

A l’intérieur

Quand le chat n’a que le contenu de votre appartement (ou maison sans jardin) pour passer son temps, ça peut vite devenir compliqué : plantes d’ornement grignotées, canapés et tapisseries transformés en confettis, plans de travail et sommets de meubles reconvertis en perchoirs…
De manière générale, si on veut conserver son mobilier, ses plantes et ses affaires, il faut détourner l’attention du chat, qui a aussi besoin de jeux pour s’épanouir. C’est parfois difficile quand on habite un studio, mais des fois, un simple carton peut les occuper pendant des heures. Quelques jeux, des cachettes, perchoirs, griffoirs, on pense les chats compliqués mais c’est étonnant comme il suffit de peu de choses pour les contenter !


Comme je le disais plus haut, la plupart des plantes les plus courantes en ornement d’intérieur sont toxiques : alocasia, amaryllis, anthurium, arisaema, caladium, chlorophytum, colocasia, dieffenbachia, ficus, monstera deliciosa / philodentron pertusum, philodendrons, poinsettia, xanthosoma, yucca, zantedeschia… bref, le mieux, si tu ne veux pas que ton chat massacre tes belles plantes et vomisse partout ensuite (si par chance il n’y reste pas, hein), il y a deux bonnes astuces : la première, évidemment, lui faire son propre coin végétal avec un petit mix des plantes citées plus haut : graminées, aromatiques, tout ça. Même un seul pot, assez gros quand même, mais il n’a pas besoin de faire 1m de diamètre, ça peut contenir pas mal de graminées, et ça sera bien mieux que rien. L’autre astuce, pour éviter qu’il les grignote (mais rien ne dit qu’il ne jouera quand même pas avec s’il n’a rien d’autre à se mettre sous la griffe), est d’enrichir son alimentation en légumes crus ou cuits comme des radis, de la roquette, de la salade, des courgettes, des haricots, des asperges ou des betteraves, incorporés à sa pâtée ou ses croquettes.

Mais attention à ne pas lui donner n’importe quoi, certaines choses que l’on trouve souvent dans nos cuisines sont à proscrire ! Par exemple, l’ail, l’oignon, l’échalote, le persil, l’aubergine crue et la pomme de terre crue. Sans compter le chocolat, le tabac, mais aussi les bouquets de fleurs coupées et l’eau des vases. Attention à ce que tu laisses traîner sur la table !


En dernier recours, pour éviter que ton chat aille dans certains coins, il existe quelques répulsifs naturels (dont je n’ai pas testé l’efficacité, cela dit), entre autres : un mélange d’huiles essentielles de menthe poivrée, d’eucalyptus, de citronnelle et de géranium, ou encore du poivre moulu (mais celui-ci, vraiment en dernier recours et avec parcimonie, car le poivre brûle les muqueuses olfactives), ou enfin des écorces d’agrumes.

Dans tous les cas

- Si tu vois ton chat régurgiter, et en général une bonne dose de poils, puis reprendre ses occupations comme si de rien n’était, tout va bien.
- Si tu le vois vomir des choses inhabituelles, un peu patraque, l’intérieur de la gueule irritée, des troubles digestifs évidents, a priori il aura régurgité à temps, mais au cas où, surveille le bien et au moindre doute appelle le véto.
- S’il a des tremblements musculaires, des paralysies, de l’incoordination, qu’il est prostré, véto en urgence : ces symptômes sont le signe d’une atteinte nerveuse qui peut vitre se muer en troubles cardiaques et/ou entraîner des lourdes complications au niveau du foie.

Source photos : Cliché Mignon

4 commentaires:

  1. Coucou! Voilà un article vraiment très utile! Je garde tout ça sous le coude pour mes minous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, contente si ça peut être utile ! :)

      Supprimer
  2. Wow! Très intéressant cet article et vraiment très complet. Étant moi-même maman d'une jolie chatte de 4 ans, j'ai adoré en faire la lecture et repérer plusieurs conseils très utiles. Madame Mimi étant un habitée du plein air, elle n'attaque pas trop les plantes d'intérieur sauf parfois en hiver où elle n'a plus de verdure à se mettre sous la dent. À cette fin j'ai d'ailleurs acheté des semences dites "d'herbe à chat (avoine)" et je compte lui en faire un beau gros pot pour l'hiver. J'ai déjà rédigé un article de petits conseils pour éloigner les chats des plantes d'intérieur, à l'époque où nous avions un second chat qui raffolait de toutes les plantes! http://www.margueriteverte.com/2014/04/quand-le-parasite-cest-le-chat-la.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De bonnes astuces toutes simples dans ton article ! :)
      Avec le mien, j'ai de la chance, il ne s'est jamais attaqué aux plantes d'intérieur, mais bon, non seulement on a plus de 2000m² de terrain, mais aussi plein de champs alentour, du coup il a de quoi faire avant de venir s'attaquer à la végétation "domestique". Et en plus, sa principale occupation c'est la sieste... ^^ Mais le coup du Vicks, je le garde sous le coude, ça pourrait être utile ! :)

      Supprimer