Test

lundi 1 juin 2015

La sauge des prés

Salvia pratensis

Également appelée toute-bonne ou sauge sauvage, elle mesure de 30 à 80 cm et on peut la trouver jusqu’à 1500 m d’altitude. C’est une plante vivace qui hiverne sous la forme d’une souche (la tige dans sa partie  souterraine), et on la trouve dans les prés, sur les bords des chemins et des champs, en sol calcaire ou volcanique. Elle est en fleurs de mai à août.
Elle se présente en touffes, un peu ramifiée et poilue. Ses fleurs, d’un bleu intense (mais qui peuvent parfois être blanches ou roses), mesurent 2 à 3 cm de long. Elles sont regroupés par 4 à 6 au sommet de la tige et présentent une corolle à deux lèvres : l’inférieure est trilobée et la supérieure est longue et en forme de faucille. Elles ont seulement deux étamines, cachées par la lèvre supérieure.
On la trouve à peu près dans les mêmes régions que les autres sauges, mais en France elle se fait plus rare dans tout l’ouest et le nord.

On utilise ses feuilles, récoltées en été, séchées à l’ombre et conservées à l’abri de l’air, de la lumière et de l’humidité. Outre ses propriétés médicinales, on l’utilise également en cuisine, ses jeunes feuilles cueillies au printemps pouvant être consommées comme un légume.
Les feuilles de la sauge des prés contiennent également des substances stomachiques, toniques, antispasmodiques et antisudorales. Elle est fortement recommandée pour la digestion lente et difficile due à une atonie de l’estomac et des intestins, et tout comme la sauge officinale contre la transpiration excessive, notamment des pieds et des mains, ainsi que contre celle des convalescents, ou encore contre certaines affections bénignes du système nerveux comme les tremblements, les vertiges et les états d’anxiété. Enfin c’est également un excellent astringent et elle est très efficace contre les infections buccales, les laryngites ou encore pour soigner les plaies et ulcères.
0

Publier un commentaire