Test

jeudi 21 janvier 2016

Sevrage tabagique : les plantes peuvent donner un coup de main !

Comme je te le disais hier, j'ai donc arrêté de fumer, il y a maintenant presque 2 jours entiers, sans aucune aide, contrairement à ce que j'avais prévu... Et non, étonnamment, je n'ai encore trucidé personne - je n'en ai même pas ressenti le besoin (bon, à part Choupi, de temps en temps, mais ça, c'est la routine).
Et donc, avant de me lancer dans l'aventure comme un bourrin, j'avais prévu de faire ça bien et j'ai fait une liste de plantes qui pourraient m'aider dans ma démarche. Car arrêter le tabac, à long terme c'est très bénéfique pour la santé, mais au tout début, on peut avoir le sentiment qu'en fait, on aurait mieux fait de continuer : irritabilité, troubles du sommeil, troubles de l'attention, stress, angoisse, voire dépression, mais aussi toux, bronches encombrées, crampes abdominales, troubles de la digestion... tout un tas de symptômes plus ou moins désagréables qui, heureusement, ne durent qu'un temps mais qui sont souvent à l'origine de l'échec. Beaucoup de plantes peuvent être très utiles pour atténuer, voire faire quasiment disparaître tous ces symptômes et aider à vivre le sevrage plus sereinement.
Les voici (je ferai des articles plus complets sur chacune séparément) :
  • La valériane (voir photo en tête d'article) - Valeriana officinalis : s'il fallait n'en retenir qu'une, ce serait celle-ci. L'effet sédatif de ses racines agit sur l'équilibre nerveux et est fortement indiqué pour aider au sevrage car il réduit la nervosité, les angoisses et l'agitation et a un effet très bénéfique sur le sommeil. Elle calme aussi bien le corps que l'esprit mais sans sensation de somnolence, et sans accoutumance. Elle donnerait même mauvais goût au tabac...
  • La lobélie - Lobelia inflata : si elle n'a pas été suffisamment étudiée pour confirmer ses effets, la lobélie commence tout de même à avoir une certaine réputation dans le sevrage tabagique : ses effets apparemment similaires à ceux de la nicotine mais sans son caractère addictif en font un substitut tout indiqué. Sans compter ses propriétés antispasmodiques qui aident à détendre les muscles de bronches et à expulser les mucus. On l'utilise surtout (et de préférence) sous forme homéopathique.
  • Le millepertuis - Hypericum perforatum : c'est LA plante des états anxieux et dépressifs. J'en parlais dans un article sur les plantes pour aider à combattre l'anxiété et la dépression, qui complètera parfaitement le présent article, d'ailleurs. Le millepertuis est donc un excellent allié dans le sevrage tabagique... mais avec certaines précautions !
  • La verveine - Verbena officinalis : elle agit directement sur le système nerveux et est bien connue pour son aide apportée dans les situations de stress et de tension nerveuse, ainsi que pour son action favorable sur le sommeil. Idéale pour les premiers jours du sevrage ! Également antispasmodique, elle soulagera les toux nerveuses.
  • La racine de kudzu - Radix puerariae : étudiée surtout pour son aide au sevrage alcoolique, cette plante originaire d'Extrême-Orient serait également efficace pour aider à la désaccoutumance tabagique. De plus, elle agirait sur le stress et l'humeur et aurait un effet relaxant, tout cela sans effets secondaires ni risque d'accoutumance.
  • L'avoine - Avena sativa : les grains d'avoine contiennent une substance qui réduirait l'envie de fumer. C'est la teinture mère qui est la plus indiquée dans ce cas, mais selon une étude, ce serait efficace surtout chez les "petits" fumeurs, et beaucoup moins chez les gros fumeurs (à partir d'une vingtaine de cigarettes par jour). La plante entière est également sédative, calmante et légèrement antidépressive. De plus, l'avoine ne fait l'objet d'aucune contre-indication.

Mais aussi :
  • La mélisse : sédative, anxiolytique, antispasmodique. Et en plus, en infusion, elle est divine...
  • L'hysope : expectorante, antispasmodique, légèrement sédative.
  • La lavande : sédative, antispasmodique.
  • Le coquelicot : apaisant.
  • Le ginseng : tonique, revitalisant, idéal pour aider à éviter les troubles de la mémoire et de la concentration qui accompagnent parfois le sevrage.
  • Ou encore la réglisse, l'actée à grappe noire, le romarin, le thym, le gingko, la scutellaire, l'orme rouge, le trèfle rouge, le cacao, le thé, le café vert, la ballote, la mauve, le marrube blanc, le griffonia simplicifolia, la xanthorrize, la carotte.
  • Sans oublier les Fleurs de Bach, parmi lesquelles on peut certainement trouver son bonheur ! Il existe d'ailleurs un complexe "désaccoutumance", composé d'Aigremoine, Prunus, Clématite, Olivier et Noyer.
  • Et en homéopathie : Lobelia inflata (voir lobélie plus haut), Caladium seguinum, Nux vomica...
La plupart des plantes ci-dessus, si elles ne sont pas toxiques, sont à utiliser tout de même avec certaines précautions. Je les détaillerai dans des articles à venir mais en attendant, renseigne-toi avant d'ingurgiter quoi que ce soit !

PS : cette liste est indicative et issue de recherches bibliographiques. Même si j'ai déjà eu l'occasion d'utiliser certaines des plantes citées ci-dessus, et que je n'en suis pas morte, je n'ai pas tout testé et surtout, je n'ai aucun diplôme relevant du domaine de la santé.

Source photos : Pixabay / Pixabay
0

Publier un commentaire