Test

mercredi 20 janvier 2016

Le tabac : c'est décidé, j'arrête !

Voilà voilà, tout est dans le titre. Je me lance dans l'aventure du sevrage tabagique ! A la base*, j'avais prévu de me concocter un programme du feu de dieu, avec étapes et petits objectifs à tenir jusqu'à une date butoir préalablement définie, celle où j'écraserais définitivement ma dernière clope. J'ai épluché le site Tabac Info Service, que je trouve très bien, pour préparer ma stratégie et toujours avoir un argument auto-persuasif sous la main. J'ai épluché tous mes bouquins et divers sites de phytothérapie pour lister toutes les plantes qui pourraient m'aider dans ce dur combat. J'avais même déjà choisi celles que j'allais tester en premier lieu.
Et puis, hier soir, à l'insu de mon plein gré, mon moi rebelle a décidé que la cigarette que j'avais fumée en rentrant du boulot serait la dernière. Du coup, fuck la préparation, fuck les petites béquilles, à l'heure où je t'écris ça fait plus de 19 heures que je n'ai pas fumé, et tout ce que j'ai sous la main c'est une sucette (déjà disparue), des chocolats, trois clémentines et des litres de café. Et mon mari n'est même pas là pour faire le souffre-douleur, ce lâcheur.

Je sens déjà les premiers symptômes du sevrage : si 'envie de fumer est là, elle est très supportable. Étrangement, c'est surtout l'attention qui prend des coups. J'ai dû faire une bonne heure et demie de route ce matin pour poser un dossier, et j'ai eu beaucoup de mal à me concentrer sur ma route. J'ai même eu quelques trous noirs, heureusement que mon radar interne était branché... Comme quoi, la nicotine a des effets stimulants certains. Je commence également à tousser un peu plus et plus gras que d'habitude. Et j'ai la tête dans un étau. Un petit étau, mais un étau quand même... Ah, et puis j'ai déjà découvert des odeurs que je ne sentais pas avant, dans des endroits où je n'étais jamais allée sans avoir fumé une clope au moins une heure auparavant. Un peu perturbant...

Bref, pour le moment ça va pas trop mal. J'ai envie de fumer par habitude et parce que pour moi, cigarette rime avec petite pause donc détente, mais je ne ressens pas de fort besoin - pas encore, du moins. Je sais que ça fait même pas 24 heures, mais je suis assez fière de moi. J'ai toujours été persuadée que j'étais incapable d'arrêter sans un coup de main. J'avais déjà arrêté de fumer, il y a quelques années, à l'aide du Champix. Ça avait été très efficace (si je te jure, le fait que j'aie refumé six mois plus tard n'avait rien à voir), mais je ne souhaitais pas recourir à des substituts ou aides chimiques pour ce nouvel essai. Comme tout fumeur, j'ai essayé plusieurs fois par le passé, avec ou sans aide, mais comme beaucoup, je ne pensais pas que la seule volonté était suffisante. Et me voilà aujourd'hui, j'ai dit non à ma clope d'avant dodo hier soir, j'ai dit non à mon café-clope d'après petit-déjeuner ce matin, j'ai dit non à la sacro-sainte clope en voiture, cheveux au vent, j'ai dit non à la pause café-clope toute la matinée, je n'ai dévoré qu'une sucette et quelques chocolats, je n'ai bu qu'un café, je n'ai encore égorgé personne, je n'ai même pas ressenti le besoin de gueuler sur quelqu'un !

Si toi aussi tu aimerais arrêter, avec ou sans aide, mais que tu cherches encore la motivation, voilà une petite liste de bonnes raisons d'arrêter, qui pourraient te faire un déclic :
  • C'est mauvais pour la santé (bon, je sais, on l'entend tous les jours, celle-là !)
  • C'est mauvais pour la fertilité (des fois que, toi aussi, tu chercherais à procréer en vain)
  • Ça rend moche
  • Ça fait vieillir plus vite
  • Ça pue et ça fait puer (de la bouche notamment)
  • Ça coûte cher
  • Ça génère des déchets et ça pollue
  • Ça contribue à la souffrance animale (l'industrie du tabac teste sur les animaux)
  • Ça fait perdre du temps (aller dehors pour fumer, aller chercher ses clopes, taxer du feu...)
  • Ça nous réduit à l'état d'esclaves
  • Ça ne fait pas du bien, non : la cigarette comble un besoin qui n'existerait pas sans la cigarette et donc crée du stress mais ne l'atténue pas, bien au contraire !
Et surtout il ne faut jamais oublier une chose : des bonnes raisons de continuer, il n'y en a aucune. Non non, absolument aucune, même pas celle d'aimer ça, parce que ce n'est qu'une illusion. Quand on y pense sérieusement et qu'on se retire la merde des yeux une seconde, on se rend vite compte qu'en fait, fumer c'est dégueulasse et ça ne fait aucun bien (bon je dis ça, mais là tout de suite, après déjeuner, j'avoue que j'ai du mal à y croire moi-même. Mais je tiens ^^).


* A la vraie base, je devais tenter l'hypnose, depuis le temps que j'en parlais, mais la meuf a décidé d'annuler deux jours avant, comme si mes poumons en avaient quelque chose à cirer de la grève des TER. J'avais déjà mis trois mois à réussir à la joindre, elle est jamais dispo, bref, elle m'a gavé. Du coup, je l'ai envoyée bouler. Tu n'auras donc pas mon avis sur l'hypnose. Sorry.

6 commentaires:

  1. Une belle initiative et j'espère que pour toutes les raisons citées, tu y arriveras :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton soutien Magalie, c'est gentil ! :)

      Supprimer
  2. Courage à toi ! Je t'envoie des ondes positives, et je te souhaite une magnifique future vie sans clope ! A toi le glow de Gisèle dans quelques semaines ! ;)
    Des bisous ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chica, vivement dans quelques semaines en effet, que je voie vraiment les changements et surtout que je cesse de penser à ces putains de clopes !! ^^
      Bisous :)

      Supprimer
  3. Bravo ! Je ne peux que te féliciter même au bout de 19 heures car ça ne m'est jamais arrivée.
    Je me suis préparée un petit programme de diminution...c'est pas le 1er, serait-ce le dernier ?
    Je suis fumeuse depuis plusieurs décennies, alors t'imagine les dégâts. C'est fou ce que cette drogue est addictive, psychologiquement surtout.
    Je sais qu'il faut aussi que je stoppe ce poison, mais mon esprit a du mal à imaginer le "vide" que cela peut créer. Je pense que ce que je dis est complètement idiot pour un non fumeur...
    Je te soutiens (tu ne t'en rends pas compte n'est-ce pas ?) dans cette belle démarche. À bientôt Marianne pour la suite .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étrange, je ne t'imaginais vraiment pas fumeuse... ^^ Le tabac est une belle saloperie oui, et seul un fumeur ou ex-fumeur peut imaginer à quel point. J'imaginais aussi un non-fumeur en train de me lire et de rigoler : nan mais elle est fière d'elle parce qu'elle a cessé de puer depuis 19h? lolmdr!
      C'est ça le truc difficile : le vide. Je dirais même le VIDE. Ma journée d'hier m'a semblé très vide, fade, un peu hors du temps, et pourtant elle a été comme les autres journées, sauf que la clope n'était pas là. Là tout de suite j'ai encore envie de fumer, mais je ne ressens même pas ce besoin physiquement, c'est juste pour combler l'habitude. C'est fou quand même !
      Bref, malgré tout, c'est bien plus facile que je ne le pensais, surtout sans aucune aide. Je m'en pensais incapable et je m'impressionne moi-même (c'est con, mais c'est important ^^).
      Si jamais toi aussi tu te décides à te lancer, je serai à fond avec toi ! Tu PEUX le faire !!! :)

      Supprimer