Test

mardi 1 décembre 2015

Balade à dos d'éléphant...

Voilà une autre escale de notre petit voyage dont je souhaitais te parler plus particulièrement : le camp d'éléphants Taweechai, qui se trouve lui aussi à mi-chemin entre Kanchanaburi et le parc d'Erawan. Ce genre de camp est, lui aussi, plutôt controversé. En effet, beaucoup d’entre eux, qui se présentent comme des centres de réhabilitation et de conservation, présentent des animaux dans des états déplorables et, bien loin de les soigner correctement, en font plutôt des esclaves du tourisme.

Dans celui que j'ai visité, les éléphants m'ont semblé heureux et en bonne santé, même si je ne suis absolument pas spécialiste de ce genre d'animaux. Comment savoir si animal qui est censé faire entre 3 et 5 tonnes est dans son poids de forme, comment savoir si sa peau, épaisse d'environ 2 cm et parsemée de poils drus et durs, est en bon état ? Comment savoir comment les animaux sont traités au fil de la journée et de l'année quand on ne passe qu'une heure avec eux ? Pas facile...
Du coup, j'ai voulu me renseigner sur ce "Taweechai Elephant Camp", qui ne se présente pas comme un camp de préservation des éléphants, et qui propose surtout des activités bien touristiques telles que balades sur leur dos et petits shows avec des éléphanteaux (lancer de fléchettes et palpage de fessiers, tout ça). Bon, au moins, ils ne racontent pas de mensonges : ils sont là pour le business. Cela dit, j'ai trouvé les dresseurs très soigneux avec leurs compagnons. Ils avaient tous l'air de les connaître très bien, et j'y ai même trouvé une belle complicité. Je n'ai en tout cas pas été témoin de maltraitances ou de menaces, ni de mouvements de crainte des éléphants envers leurs dresseurs. Encore une fois, je n'y suis pas restée suffisamment longtemps pour me faire une réelle idée.


Cela dit, après quelques recherches sur le net, j'ai trouvé quelques commentaires plutôt rassurants, qui confirment que, même si effectivement ce camp tient plus du cirque que du centre de soins, les éléphants y sont bien traités.

La question qui m'a le plus turlupiné est celle de la balade à dos d’éléphant. Alors oui, on peut se dire que 100 kilos sur le dos d'un animal de 4 tonnes, c'est comme prendre un chat sur ses épaules. Et puis, je mets bien mes 60 kilos sur le dos d'un cheval de 500 kilos tout mouillé ! Oui, mais non. Un éléphant n'est pas fait comme un cheval, et si le dos d'un cheval peut parfaitement, dans de bonnes conditions, supporter 10% de son poids voire plus, celui d'un éléphant, lui, peut supporter environ 150kg sans dommages (les sources divergent, j'ai lu 50kg dans certains articles, mais mettons 150kg), ce qui ferait 75kg par personne pour deux personnes, mieux vaut pas être obèse, sans compter la nacelle, ainsi que le dresseur, qui lui se trouve sur sa nuque. Donc, en général, on dépasse aisément le poids maximum...
Après, on n'y a pas passé plus d'une demi-heure, et il n'y avait personne à se balader avant nous, ni après. Hasard du planning ou plages de repos aménagées volontairement, je ne sais pas, mais j'ose espérer que ce soit volontaire...

Et surtout, le point le plus problématique est le dressage, qui n'est pas toujours respectueux du caractère de l'animal, ni de son bien-être général. Beaucoup d'articles traitent de ce problème, je ne vais donc pas m'attarder sur ce qui a déjà été dit et bien dit.


Bref, si tu souhaites, un jour, rencontrer des éléphants lors d'un éventuel voyage en Thaïlande (ou ailleurs), je te conseille de bien te renseigner avant. Beaucoup de centres de réhabilitation proposent des "stages" de volontariat, où tu peux passer de quelques jours à quelques mois à t'occuper d'éléphants en retraite (ce que j'aurais adoré faire, si seulement nous avions eu plus de temps !) mais certains ne valent pas mieux que le pire des zoos.
Les éléphants sont des animaux vraiment agréables à côtoyer, calmes, attentifs, joueurs, voire même câlins - même si, s'ils pètent un câble, ils peuvent devenir extrêmement dangereux.


0

Enregistrer un commentaire