Test

mardi 25 octobre 2016

Je suis végétarienne et je vais bien, merci !

Je n'y ai pas tellement eu le droit (enfin, assez peu), mais beaucoup de nouveaux VG en font souvent l'expérience : ces gens qui soudainement s'inquiètent de ta santé, sous prétexte que tu as décidé de cesser de manger des cadavres. Marrant comme on fout pourtant la paix au McDo addicts, comme si manger de la salade et des brocolis était infiniment plus dangereux pour la santé : rholalaaaaa, tu vas être anémié, et puis tu vas fondre, tu vas devenir un squelette tout pâlichon, t'auras même plus la force de marcher tellement tu manqueras de fer, de protéines et de vitamines !
Je sais, j'exagère peut-être un peu, mais dans le fond, c'est ça.
Et pourtant, je ne me suis jamais sentie aussi bien que depuis que je suis devenue une mangeuse de graines et de racines, il y a un peu plus d'un an maintenant.
C'est à l'occasion de cet anniversaire un peu spécial que j'ai voulu faire un petit bilan de santé, et que j'ai pris rendez-vous avec mon médecin qui m'a prescrit une prise de sang. La dernière fois que j'avais fait un bilan de ce type, c'était en été 2013 ; je rentrais d'un mois de boulot aux États-Unis, et avec les douze heures par jour passées enfermée dans une usine à faire des mesures, j'ai eu un petit coup de mou quand il a fallu enchaîner sur un déménagement... Mais heureusement, il ne s'agissait effectivement que d'un coup de mou avec une légère carence en vitamine D (forcément, passer le mois de juillet enfermée dans une usine, ça n'aide pas), et tout est rentré dans l'ordre après une petite semaine de repos bien méritée. Bref, avec quelques résultats datant de mes tests de fertilité, ça me fait une bonne base de comparaison entre ma vie d'omnivore et ma vie de végétarienne. Je t'ai fait un petit tableau, pour que ce soit plus clair. Tu verras que pour les normes, je n'ai mis que les chiffres ; les unités, ici, on s'en fout, le but c'est juste de savoir si je suis dans les clous ou pas.


On peut donc voir que :
  • J'ai une très légère carence en fer (bouuuuuh, je suis malaaaaade !). Si on considère que ma mère, qui ne jure que par sa sacro-sainte bidoche (juste pour me faire chier, oui), est actuellement tellement carencée que son médecin l'a mise sous complément hyperdosé pendant 6 mois, ça me fait doucement rire (enfin, ça me ferait rire si ce n'était pas inquiétant...).
  • Qui n'entraîne aucune anémie, au contraire (voir taux d'hémoglobine et plaquettes).
  • La fonction rénale est bonne, voire meilleure (voir créatininémie et MDRD).
  • Les fonctions hépatique, musculaire et cardiaque semblent bonnes (et inchangées - voir ASAT / ALAT).
  • Pas d'inflammation (voir protéine C réactive).
  • Thyroïde toujours OK (voir TSH).
  • B9 et B12 OK (en même temps je me complémente en B12, et mon complément contient 50% des AJR en B9, donc le contraire aurait été surprenant).
  • Bon, côté cholestérol, c'est un peu moins bien - j'ai un tout petit peu dépassé les quotas acceptables, mais rien de bien méchant. Quand j'aurai éradiqué le beurre et le fromage, ça devrait aider à retourner dans la norme. Mais bon, ça montre bien, aussi, que manger végétarien ne signifie pas forcément manger des trucs secs cuits à l'eau ! Si c'était le cas, mon cholestérol aurait certainement dégringolé, ainsi que le chiffre qui s'affiche sur ma balance (chiffre qui est plutôt passé dans la dizaine supérieure, mais j'ai une bonne excuse, j'ai arrêté de fumer, puis re-arrêté...). Il est également important de considérer que j'ai dépassé les 30 ans (mais faut mas le répéter, hein) et qu'il y a quelques antécédents dans ma famille. Mes grands-parents ont passé leur vie à ingurgiter du Effi et leur cholestérol n'a jamais fait l'effort de diminuer, alors bon...
Je tiens à préciser que je n'ai pas fait tous les efforts que j'aurais aimé faire pour équilibrer mon alimentation. J'aurais dû mieux équilibrer mes apports en fer pour éviter cette carence, je ne l'ai pas fait. Je n'irai pas jusqu'à dire que je n'ai pas fait attention du tout, mais je sais qu'avec un tout petit peu plus de motivation, je peux obtenir un bilan sanguin parfait. Je ne suis pas en train de dire qu'un régime végétarien n'est qu'un régime omnivore duquel on a retiré la viande, loin de là ; je suis juste en train de dire qu'être végétarien, ça ne signifie pas se condamner à passer sa vie sous compléments, faible et pâlot, et à mesurer le moindre gramme de ce qu'on mange. Ce n'est pas une corvée (sauf quand il faut supporter les idiots), et ce n'est pas une maladie.
Donc, si tu souhaites te lancer, mais que tu hésites encore parce que tu n'es pas du genre chef cuisiner et que gérer un régime alimentaire strict te fait peur, regarde-moi : j'ai la flemme de cuisiner 5 jours sur 7, et quand je n'ai pas la flemme, je cuisine des plats que j'essaie de faire les plus complets possibles, mais sans vraiment étudier la chose avant, et pourtant, je m'en sors pas trop mal ! Tu n'as donc plus d'excuse, lance-toi ! :)

Source photo : Pexels

5 commentaires:

  1. Tu as du bol... Moi je suis passée végétarienne puis quasiment végétalienne (pas vraiment par volonté, mais je n'aime ni le miel, ni le lait, ni le fromage...) et mon pauvre petit corps parfaitement adapté à des années de malbouffe n'a pas supporté le changement. Résultat, obligée de réintégrer certaines protéines animales le temps de rééquilibrer tout ça. Le comble!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ? Flûte alors :( Qu'est-ce qui t'est arrivé ? Maux de ventre ?

      Supprimer
  2. Ventre et estomac, mais radical côté régime, faut voir le bon côté des choses :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, enfin c'est con quand même ! :/ J'espère que tu vas réussir à rééquilibrer tout ça ;)

      Supprimer